Questions ouvertes : principales utilisations

Principaux usages des questions ouvertes© octaviolopez (Morguefile.com)

Dans les études, enquêtes et sondages, les questions ouvertes permettent de recueillir des avis de façon détaillée. Les réponses obtenues sont souvent riches d’enseignements, pour une grande variété d’usages. Dans cet article, un tour d’horizon de leurs principales utilisations.

Principaux usages des questions ouvertes

Du point de vue du concepteur de l’enquête, une question ouverte sera utilisée pour répondre à l’un de ces objectifs :

  • obtenir des réponses spontanées, ce qui est très utile dans les études de notoriété ou de perception en général.

    Exemple :

    Quelles sont les marques d’ordinateurs que vous connaissez ?

  • rechercher des idées nouvelles, souvent dans une phase exploratoire. On se rapproche ici de l’objectif souvent assigné aux études qualitatives.

  • expliciter ou compléter les réponses obtenues à la question fermée qui la précède.

    Par exemple :

    Pourquoi ?

    Comment expliquez-vous ce choix ?

  • définir les items de réponse à des questions fermées à poser dans une enquête ultérieure ; ou si on ne possède pas suffisamment de connaissances a priori pour rédiger la liste des réponses de façon exhaustive.

  • rechercher les mots exacts employés par les répondants, par exemple dans le domaine de la relation client pour reprendre ensuite dans les scripts d’appels les mots simples et justes utilisés par les clients et compréhensibles pour eux.

  • alléger le questionnaire quand il y a un très grand nombre de réponses possibles : une liste synthétique entraînerait une perte d’information, une liste détaillée serait trop longue à lire et fastidieuse (introduisant un risque de biais statistique).

    Exemple :

    Quelles sont vos activités pendant les vacances ?

Les questions ouvertes peuvent aussi être utilisées pour briser la monotonie d’une enquête et éviter le phénomène de click through, voire l’abandon pur et simple. Elles stimulent en effet l’intérêt du répondant pour le questionnaire en lui donnant le sentiment qu’on s’intéresse à lui et qu’il peut s’exprimer librement.

Je vous recommande fortement d’en introduire au moins une dans votre questionnaire, pour laisser un espace de liberté aux répondants. Ne serait-ce que pour ne pas frustrer une personne qui a quelque chose d’important à dire sur le sujet mais qui « ne rentre pas dans les cases » !

Si vous n’avez vraiment aucune question ouverte à poser, pourquoi ne pas proposer tout simplement une zone de commentaires libres en fin de questionnaire ?

Question ouverte à réponse longue ou réponse courte

Si vous utilisez le logiciel questionnaire-pro, vous avez deux possibilités :

  • la question ouverte à réponse longue : elle invite à s’exprimer librement en une ou plusieurs phrases.

    Exemples :

    Comment voyez-vous la voiture idéale ?

    Que pensez-vous des bouteilles en verre ?

  • la question ouverte à réponse(s) courte(s) : réponse au moyen de quelques mots, voire d’un seul
    mot.

    Exemple :

    Quelle est l’émission de télé que vous regardez le plus souvent ?

    Pour ce type de question, vous pouvez regrouper plusieurs réponses sur la même question et même ajouter des étiquettes.

    Exemple :

    Citez les marques de smartphones qui vous viennent à l’esprit :
    ________ en premier
    ________ en deuxième
    ________ en troisième

    Ou encore la présenter sous forme de tableau.

Traitement des réponses aux questions ouvertes

Seule contrainte de la question ouverte : le traitement statistique des réponses nécessite un post-codage. Ce post-codage ou codification a posteriori s’appuie sur de nouvelles catégories qui permettent de regrouper les réponses qui paraissent proches entre elles.

Pour cela, deux façons de procéder : soit la méthode manuelle qui présente l’inconvénient d’être longue et fastidieuse si le nombre de répondants est élevé, soit le recours à un logiciel dédié.


Pour en savoir plus sur les questions ouvertes ou la meilleure façon d’exploiter les réponses obtenues, voici d’autres articles sur ce même sujet.

A propos de Françoise Lafont

Cofondatrice de Questio, éditeur du logiciel questionnaire-pro, je partage dans ce blog mes connaissances théoriques et pratiques dans le domaine des études, enquêtes et sondages en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

57 + = 61