Choisir une échelle paire ou impaire

Choix d'une échelle paire ou impaire© Melodi2 (Morguefile.com)

Dans un questionnaire d’enquête, les échelles paires et impaires ont chacune des avantages et des inconvénients, votre choix dépendra de la nature de la question et de vos objectifs. Avec sa modalité neutre, l’échelle impaire permet d’opter pour un avis médian alors que l’échelle paire force le choix du répondant.

Voyons ensemble chacun de ces deux cas :

Échelle impaire

En laissant la possibilité de choisir le milieu, l’échelle impaire permet à l’individu de ne pas trancher. Ce choix est évidemment recommandé quand le fait d’adopter une position centriste constitue une opinion à part entière, comme dans cet exemple :

Quelle est votre impression sur la disponibilité des équipes lors de votre arrivée au village de vacances ?
Très bonne / Bonne / Moyenne / Mauvaise / Très mauvaise

Une échelle impaire est également préconisée dans le cas de questions sensibles, le répondant pouvant ainsi choisir une réponse médiane qui lui permet de ne pas se prononcer. Sur ce type de question, forcer le répondant à se positionner sur une échelle paire augmente significativement le taux de non réponse, voire le taux d’abandon. Ce n’est pas un risque à prendre !

La modalité neutre peut toutefois devenir un inconvénient majeur si elle constitue un choix refuge et concentre une majorité des réponses. Dans ce cas, les résultats statistiques ne seront pas significatifs et c’est la question toute entière qui est remise en cause. Le test du questionnaire avant sa diffusion peut permettre de déceler ce type de biais.

Malgré ce point de vigilance, les échelles impaires sont très largement utilisées et constituent même une référence dans le domaine des sciences sociales : échelle de Likert ou échelle d’Osgood par exemple. Elles comprennent le plus souvent 5 ou 7 échelons, à libeller avec soin.

Échelle paire

En forçant le répondant à choisir, l’échelle paire permet d’éviter la tendance des individus à prendre une position centriste par recherche du moindre effort : vous aurez donc des réponses tranchées à vos questions.

Pour élaborer très facilement une échelle à 4 positions, suivez ce conseil : ayez recours au même adjectif dans les 4 propositions, précédé respectivement par « tout à fait », « plutôt », « plutôt pas » et « pas du tout ».

En revanche, comme il n’y a pas de position médiane pour les indécis ou les non-concernés, il vaut mieux prévoir un Ne sait pas ou Non concerné et conserver le caractère obligatoire de la question. Avec un logiciel comme questionnaire-pro, c’est une option très simple à mettre en œuvre et vous pouvez personnaliser le texte à votre guise. En procédant ainsi, vous obtiendrez plus sûrement des réponses sincères et valables.

Encore un conseil : si vous optez pour une échelle paire, nous vous recommandons d’utiliser un assez grand nombre de modalités de réponse afin de pouvoir définir des positions modérées. Les individus les plus proches de la neutralité peuvent ainsi répondre.

Finalement, ce qui compte, c’est la richesse des informations que vous allez collecter. Libre à vous de regrouper ensuite certaines modalités pour calculer des scores lors de l’exploitation des résultats.

A propos de Françoise Lafont

Cofondatrice de Questio, éditeur du logiciel questionnaire-pro, je partage dans ce blog mes connaissances théoriques et pratiques dans le domaine des études, enquêtes et sondages en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

43 + = 49

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.