Nombre optimal d’échelons

Nombre optimal de réponses à une question échelle© dan (FreeDigitalPhotos.net)

Il n’y a pas de règle précise mais les plus utilisées sont les échelles ayant de 5 à 7 modalités, un bon compromis entre précision et taux de réponse.

Quel est le nombre optimal d’échelons ? Cette question agite les spécialistes des études en marketing et sciences sociales depuis des décennies… Et bien, au risque de vous décevoir, il n’y a pas de réponse unique. Tout dépend de la nature de la question et de vos objectifs.

Quelques indications pour vous aider dans votre choix :

  • Minimum 3 échelons

    Sinon, ce n’est pas vraiment une échelle. Par exemple D’accord/Ni d’accord ni pas d’accord/Pas d’accord.

  • Ne pas dépasser 10 échelons.

    Quand on augmente le nombre d’échelons, on obtient plus d’informations : les réponses sont plus fines, plus précises. Toutefois, au delà de 10 niveaux, le gain de précision obtenu est illusoire.

  • Tenir compte de la motivation des personnes interrogées à fournir une appréciation fine qui nécessite un niveau de connaissances suffisant, des capacités cognitives, de l’endurance et de la concentration.

    A défaut, on risque l’effet de halo ou trop de non réponses.

  • Les positions intermédiaires permettent de nuancer son jugement.

    Donc, moins il y a de catégories, plus l’individu aura tendance à répondre de façon extrême ou au contraire à opter pour la modalité neutre quand elle existe (échelle paire).

  • Les échelles allant de 5 à 7 niveaux sont les plus courantes car elles constituent le meilleur compromis entre précision et taux de réponse.
  • On peut aller jusqu’à 7 à 9 items si le questionnaire est assez court. A l’inverse, privilégier des échelles de 5 items si le questionnaire est long.
  • Si l’échelle est constituée de valeurs numériques, il est possible d’augmenter le nombre d’items, en notant de 0 à 10 par exemple.

Quelle que soit votre décision sur le nombre d’échelons, un point très important doit retenir votre attention : au sein d’une même enquête ou dans des vagues d’enquêtes successives, il faut conserver un nombre identique de niveaux et le même ordre de présentation des items.

Pourquoi ? Tout d’abord pour faciliter les comparaisons entre questions et surtout entre vagues d’enquêtes successives. Comparer des choux et des carottes, vous le savez depuis les bancs de l’école, ça pose problème !

Ensuite pour rendre vos résultats plus fiables. Le répondant va s’habituer rapidement à votre échelle et il lira « en diagonale » les questions successives se présentant sur le même modèle. Si vous changez d’échelle, pensez à le signaler, en l’indiquant dans la rubrique précisions qui figure sous chaque question dans le logiciel questionnaire-pro. Par exemple : Attention, changement dans les fréquences d’achat proposées.

A propos de Françoise Lafont

Cofondatrice de Questio, éditeur du logiciel questionnaire-pro, je partage dans ce blog mes connaissances théoriques et pratiques dans le domaine des études, enquêtes et sondages en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

71 − 68 =