Pourquoi choisir une échelle numérique ou une échelle d’Osgood

Choix d'une échelle numérique ou d'une échelle d'Osgood© bugtiger (FreeDigitalPhotos.net)

Les échelles numériques sont le plus souvent utilisées pour noter ou évaluer un objet ou un concept ; en y ajoutant des qualificatifs opposés aux deux extrémités, on obtient une échelle d’Osgood.

Les échelles numériques servent essentiellement à noter ou évaluer un objet ou un concept mais on les utilise aussi pour mesurer des attitudes ou des opinions.

Vous choisirez plutôt une échelle numérique qu’une échelle d’attitude de type Likert si vous recherchez de la précision dans les réponses. Dès qu’on atteint une dizaine d’échelons, il devient en effet très difficile de formuler verbalement les items et, de toutes façons, la question devient complexe pour le répondant.

Noter sur une échelle entre 0 et 10 ou entre 1 et 20 (pour ne prendre que ces deux exemples !) est courant pour une majorité d’entre nous. Tenez compte toutefois de l’habitude des individus de votre population à raisonner en nombres. Aucun problème pour un comptable ou un banquier, mais peut-être moins évident pour d’autres personnes !

Facile et rapide à élaborer, l’échelle numérique se caractérise par l’étendue de la plage de valeurs, une option très simple à mettre en œuvre dans le logiciel questionnaire-pro. Référez-vous à notre article sur le nombre optimal d’échelons pour bien choisir le nombre de valeurs de l’échelle.

Si votre échelle est impaire, la modalité neutre est indiquée uniquement par le fait qu’elle est située au milieu (à égale distance des extrêmes).

Pour guider le répondant, vous pouvez ajouter une étiquette à chaque extrémité de l’échelle. Ce peut être tout simplement D’accord et Pas d’accord ou Très satisfait et Pas du tout satisfait.

Échelle d’Osgood

Si aux deux extrémités de l’échelle figurent deux qualificatifs opposés, alors votre échelle s’apparente à une échelle d’Osgood. Aussi appelée échelle de différenciation sémantique ou échelle sémantique différentielle, elle est issue des  travaux conduits par Charles Osgood, un linguiste et psychologue américain, en 1957.

Sur cette échelle, le sujet est invité à exprimer son positionnement par rapport à deux termes antagonistes, le nombre de choix étant à l’origine de sept. Il s’agissait initialement de déterminer un profil psychologique mais cet outil a servi par la suite dans le domaine des études de marché et enquêtes de satisfaction.

Exemple :

Selon vous, les smartphones de la marque X sont :

Beaux1234567Laids
Efficaces1234567Inefficaces
Simples1234567Complexes

Ces échelles permettent d’établir le profil d’image d’un produit ou d’une marque. Et de comparer plusieurs produits ou plusieurs marques. Avec les valeurs numériques, il est en effet très facile de calculer des notes moyennes ou des scores et de les comparer entre eux.

Dans l’exemple ci-dessus, si on obtient les notes moyennes de 1, 4 et 2 sur les trois propositions, on peut conclure que : les smartphones de la marque X sont perçus comme beaux, ni particulièrement efficaces ou inefficaces, et plutôt simples. Intéressant, n’est-ce pas ?

A propos de Françoise Lafont

Cofondatrice de Questio, éditeur du logiciel questionnaire-pro, je partage dans ce blog mes connaissances théoriques et pratiques dans le domaine des études, enquêtes et sondages en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

49 + = 55